Alain Némarq, PDG de Mauboussin au JDD : « Il y a vingt ans, le luxe accessible n’existait pas

Alain Némarq, PDG de Mauboussin au JDD : « Il y a vingt ans, le luxe accessible n’existait pas
Alain Némarq, PDG de Mauboussin au JDD : « Il y a vingt ans, le luxe accessible n’existait pas

Le joaillier Mauboussin a été fondé en 1827. Depuis, la maison a connu des hauts et des bas… Accumulant les pertes au début du siècle, elle a été spectaculairement remontée grâce au travail d’Alain Némarq, qui cumule plusieurs casquettes : directeur artistique, PDG et actionnaire, puisqu’il possède un quart de l’entreprise, le reste étant aux mains des Galeries Lafayette. Avec un positionnement de « luxe accessible » (affirmé notamment par l’affichage du prix des bijoux sur ses publicités), le chiffre d’affaires du bijoutier est passé de 12 millions d’euros en 2003, à 89 millions cette année.

Le JDD. Chez Mauboussin, 70 % des clients… sont des clientes. Cela signifie que, désormais, les femmes viennent s’offrir elles-mêmes des bijoux ?

Alain Némarq. Exactement ! Il y a vingt ans, quand je suis arrivé chez Mauboussin, le luxe accessible n’existait pas. La haute joaillerie, c’était essentiellement un commerce de trophées, d’objets de statut social. J’ai développé l’idée que le bijou était une seconde peau, une carte d’identité de la femme ou de l’homme qui le portait. L’auto-achat est devenu quelque chose d’important. Aujourd’hui, nous vendons 75 % de produits pour femme et 25 % pour homme, avec notamment des bracelets et notre gamme d’horlogerie.

Le 14 février, c’est la Saint-Valentin. Est-ce une bonne période pour la bijouterie-joaillerie ?

Il y a vingt ans, nous réalisions 5 % de nos ventes à l’occasion de la Saint-Valentin, aujourd’hui c’est le double. Mais c’est un plafond, ça reste moins qu’à la Fête des mères ou à Noël. Surtout, ce sont les produits les plus accessibles que l’on vend le mieux pour cette fête : des petits bracelets, des boucles d’oreilles et peu de bagues. Les produits vendus à la Saint-Valentin sont un tiers moins cher que ceux que nous vendons traditionnellement. Cette fête, c’est un moment pour dire « Je t’aime », avec un petit cadeau. Dans mon enfance, on se déclarait avec un bouquet de violettes, donc c’est déjà pas mal d’être passé de quelques fleurs à un bijou, même petit !

La suite après cette publicité

Pourquoi sous-traiter la fabrication de vos bijoux ?

Mauboussin est depuis toujours une maison de création, donc la création est faite en interne. En revanche fabriquer, ce n’est pas notre métier : d’autres le font mieux que nous, à des meilleurs prix. Surtout, nous pouvons ainsi aller chercher les meilleurs fournisseurs pour les différents produits et sommes libres d’en changer selon nos besoins. Notre production est faite à 65 % en France et le reste en Europe, en Italie, en Espagne et au Portugal. En revanche, les modèles sont 100 % dessinés par nous : nous n’achetons pas des bijoux, nous les faisons fabriquer, avec nos dessins et notre cahier des charges.

Que représente la diversification, hors bijoux, pour vous ?

L’horlogerie se développe bien : nous sommes passés de 15 000 montres vendues par an en 2015 à près de 80 000 aujourd’hui. Nous venons de nous lancer dans la maroquinerie, après trois ans de tests et de lourds investissements, avec une première collection de sacs. Nous avons 32 références, modèles, couleurs, matières, et la gamme est appelée à s’étoffer. L’accueil est très bon : nous allons probablement finir le semestre avec 12 000 pièces vendues et 20 000 d’ici la fin de l’année, sachant que mon ambition est d’arriver à 100 000 ventes d’ici fin 2026. Nous avons aussi une licence pour le parfum, qui représente 13 millions d’euros de ventes, ce n’est pas négligeable. Et une petite gamme de stylos, qui fonctionne bien.

Vous réalisez 65 % de vos ventes en France, mais vous vous développez de plus en plus à l’étranger…

Oui, nous avons récemment ouvert une boutique à Bruxelles, une autre à San Sebastián et bientôt Tokyo. Mais nous continuons à chercher des emplacements en France, où nous avons déjà 92 boutiques. Ça pourrait être à La Rochelle, au Touquet, par exemple. Nous avons 350 salariés, environ 50 au siège et le reste dans les boutiques.

Avez-vous subi l’inflation ?

Oui et ce n’est pas terminé : l’or, l’argent, les pierres précieuses de couleur sont encore très chers. Les prix du diamant en revanche se calment un peu. Bien évidemment, nous avons essayé de nous battre pour avoir le moins de hausses de prix possible. Nous avons réussi à n’augmenter nos prix que de 7 % cette année, ce qui est vraiment raisonnable. Pour maintenir notre compétitivité, nous lançons beaucoup de nouveaux produits : un nouveau bijou toutes les six semaines en moyenne. Et désormais, on fait plus attention au prix dès la conception d’un bijou qu’il y a quelques années. Mais ce qui change surtout avec l’inflation, c’est le comportement des consommateurs : ils n’achètent plus la même chose, vont privilégier des pièces moins chères. Ou vont venir chez nous au lieu d’aller chez nos concurrents plus chers !

C’est pour cela que, plus que jamais, vous mettez en avant votre « accessibilité » ?

Oui, sachant que l’accessibilité ne concerne pas que le prix. C’est important, bien sûr, d’avoir la gamme la plus large possible et de pouvoir répondre à toutes les demandes. Que le client ne se sente pas pris au piège quand il arrive chez nous. Mais pour moi, l’accessibilité, c’est aussi dans le style et la création. Et elle est aussi géographique, avec des boutiques partout en France et notamment dans les zones de forte chalandise comme les grands centres commerciaux, où nous faisons de très belles ventes, notamment à Parly 2, ou encore à Vélizy ​2 où nous avons d’ailleurs ouvert une boutique uniquement consacrée à notre nouvelle ligne de maroquinerie. Nous vendons pour 13,8 millions d’euros sur Internet, sur un chiffre d’affaires total de 89,8 millions. C’était 3 millions en 2020. C’est devenu très important. Le marché global de la joaillerie pèse à peu près 3,6 milliards. La joaillerie accessible représente un milliard d’euros. Je pense que la joaillerie accessible atteindra un milliard et demi d’ici trois ans. C’est elle qui va porter la croissance.

Vous êtes aussi directeur artistique, où trouvez-vous l’inspiration ?

Un directeur artistique, ce n’est pas quelqu’un qui s’appuie sur des études de marché. C’est quelqu’un qui croit en son intuition. Pendant très, très longtemps, je passais beaucoup de temps aux terrasses des cafés à observer les gens et à les croquer. Et à imaginer sur eux les bijoux et objets que je dessinais. Moi, j’aime bien l’idée de me dire que si mon métier est éventuellement de faire des couronnes, celle de Miss France, certes, celle de la princesse du Danemark en son temps, certes, c’est la princesse de la rue qui est ma priorité. Pour moi, le luxe ne doit pas être réservé à certains, on doit pouvoir faire rêver tout le monde. Et mon travail créatif, c’est de trouver le moyen de rendre ce luxe accessible au plus grand nombre.

Qui sont vos concurrents aujourd’hui ?

Un peu tout le monde. Il y a des produits accessibles dans toutes les marques. Une marque comme Louboutin, par exemple, est un concurrent stratégique. Une femme qui s’offre une paire de Louboutin ne va pas s’acheter un bijou. Il y a quelques années, la sortie d’un nouvel iPhone était une concurrence, mais c’est moins vrai désormais.

Comment vous voyez la maison dans dix ans ?

J’espère que nous serons présents dans encore plus de pays. Et que la création tiendra toujours une place prépondérante. Mais c’est compliqué pour moi de répondre à cela car c’est l’immédiat qui m’intéresse. Aujourd’hui et demain et pas après-demain.

L’objectif de pierre-marie-bernard.com est de trier sur le web des posts autour de puis les diffuser en tâchant de répondre au mieux aux questions du public. Cet article parlant du sujet «  » fut sélectionné en ligne par les rédacteurs de pierre-marie-bernard.com. Cette chronique est reproduite du mieux possible. Pour toute remarque sur ce texte concernant le sujet «  », merci de contacter les coordonnées indiquées sur notre site internet. Consultez notre site internet pierre-marie-bernard.com et nos réseaux sociaux afin d’être renseigné des nouvelles parutions.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accept
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
pierre-marie-bernard.com Photo de la page Conditions d'utilisation Conditions dutilisation
Conditions dutilisation

Politique de confidentialité:

Cookies:

Lorsque vous déposez un message sur ce site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. Cela a pour but uniquement pour votre surf convivial afin de ne pas devoir à ressaisir ces datas quand vous déposez un autre texte ultérieurement. Ces cookies expirent au bout d’un an.Quand vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie transitoire va se produit avec pour objectif de fixer si votre logiciel de navigation supporte les cookies. Cela ne comprend pas de datas privées et sera neutralisé mécaniquement à la fermeture votre programme de navigation.Lorsque vous accédez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies avec pour objectif d'enregistrer vos datas de l'enregistrement et vos options d’écran. La persistance d'existence d’un cookie de connexion est de moins de 3 jours, celle d’un cookie de navigation est d’un an. Quand vous cochez « Se souvenir de moi », le cookie de l'enregistrement sera pérennisé pendant plusieurs jours. Si vous fermez votre espace personnel, le cookie de login sera effacé.Quand vous modifiez ou si vous éditez un article, un cookie en complément sera noté dans votre browser. Ce cookie ne comprend aucune donnée secrète. Il dit simplement le matricule du post que vous venez de modifier. Il cesse au bout de vingt-quatre heures.

Importation de vos datas personnelles:

Les textes des visiteurs peuvent être contrôlés en utilisant un service industrialisé de détection des textes insoutenables.

Les droits que vous avez sur vos informations:

Au cas où vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous avez le droit de solliciter à réceptionner un fichier comportant toutes les datas personnelles que nous maîtrisons à votre sujet, introduisant celles que vous nous avez fournies. Vous avez le droit aussi de solliciter l'effacement des informations privatives vous concernant. Ceci ne concerne pas les datas classées à des fins administratives, légales ou avec pour objectif de sécurité.

Quelle durée de stockage de vos datas:

Dans les cas où vous laissez un texte, le commentaire et ses données complémentaires sont archivés pour toujours. Cela implique de confirmer et entériner automatiquement les textes à venir au lieu de les maintenir dans la queue des modérateurs.Lorsque les comptes qui surviennent sur le site (autant que faire ce peu), nous archivons pareillement les informations privatives exposées dans leur profil. La totalité des espaces individuels savent intervenir sur leurs datas privées n'importe quand. Les modérateurs du site savent aussi intervenir sur ces informations.

Datas saisies à partir d’autres sites:

Les passages de ce site peuvent impliquer des contenus chargés (tels que des vidéos, photos, articles…). Le contenu chargé depuis d’autres sites se comporte de façon semblable que si l'internaute se rendait sur cet autre site.Ces sites internet pourraient réunir des données à propos de vous, activer des cookies, mémoriser des organes de contrôles autres, observer vos interventions avec ces contenus chargés si vous avez un compte connecté sur leur site web.

Les contenus:

Quand vous déposez des images sur le site, nous vous proposons de ne pas le faire des fichiers comportant des tags EXIF de données GPS. Les individus explorant le site savent capter des informations de positionnement depuis ces photographies.

Textes :

Si vous déposez un commentaire sur ce site, les déclarations citées sur le formulaire de commentaire, ainsi que l'adresse IP et l'information internaute de votre logiciel de navigation sont enregistrés dans le but de nous donner la possibilité de détecter des commentaires non autorisés.

Utilisation et circulation de vos données privatives:

Quand vous voulez une réinitialisation de votre mot de passe, votre IP sera comprise dans l’e-mail de désactivation.

Cela est règlementaire à la RGPD.



Save settings
Cookies settings