Ils ont tout quitté pour devenir joaillier

Ils ont tout quitté pour devenir joaillier
Ils ont tout quitté pour devenir joaillier

Bonnot Paris, le gentleman de la pierre

De Cap Gemini à la joaillerie, il n’y a qu’un pas (de géant), franchi sans hésitation par François Deprez à l’âge de 28 ans. « J’allais obtenir le statut de manager et devenir papa. Je me suis dit que si je ne me lançais pas maintenant dans la grande aventure, il serait peu probable que je le fasse ensuite. » Ce besoin de changement ne venait pas de nulle part. « Je suis passionné par les gemmes depuis j’ai sept ans. Mes parents possédaient une maison dans le Jura, à Chaux des Près. Ils m’avaient emmené à Genève où j’avais été ébloui par les vitrines qui étincelaient rue du Rhône. Le déclic. Je me suis mis alors à collectionner les minéraux. » Cette passion retrouvée l’emmène tout d’abord vers le métier de négociant en pierres de couleurs. « Je savais que les débouchés n’étaient pas très nombreux pour les jeunes gemmologues et qu’il fallait proposer au marché quelque chose de différenciant, pour se faire une place aux cotés des légendaires maison Piat, Grospiron, ou des spécialistes émérites tels que Mathieu Tarin ou Eric Saul. » Après une formation au GIA à Londres, le nouvel entrant met en place une plateforme digitale de ventes réservée aux professionnels. « Au plus haut, on a eu plus de 6500 pierres à vendre en accès direct, sourcées au Sri-Lanka, à Jaipur et à Bangkok, photographiées de manière précise, avec un objectif de traçabilité la plus complète possible, ce qui est difficile pour les pierres de couleur. »

La newsletter montres

Tous les jeudis à 11h30

Recevez le meilleur de l’actualité de la haute horlogerie : ventes, enchères…

Merci !
Votre inscription à bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

Seconde étape : la création de la marque Bonnot Paris, en octobre dernier. « C’est le nom de mon grand-père, agrégé de lettres modernes ». L’entrepreneur angevin y fait fructifier le réseau qu’il a tissé ces dernières années entre les négociants, les brookers (c’est à dire les courtiers ou les commissionnaires) et les ateliers pour proposer une offre exaltant la transparence, à chaque étape du parcours de la pierre. » Sur le site du label, chacun est invité à choisir son modèle de prédilection parmi les collections existantes ou, mieux encore, à imaginer sa création sur mesure à partir des pierres disponibles. Des pierres classées selon leur variété, leur provenance, leur forme et leur traitement (chauffée ou non, huilée), toutes délivrées bien entendu avec les certificats ad hoc : chaque cout est expliqué de manière pédagogique. De superbe facture, la fabrication quant à elle, s’effectue soit à Paris, soit à Angers. Un modèle hybride qui limite les intermédiaires, aussi épatant qu’éclairant. 

Douze Paris, la sororité en héritage

« Le féminisme, c’était très tôt, très jeune ». Hermine Sacau explique sa volonté de s’épanouir dans l’entreprenariat par son éducation. « Ma mère voulait que je sois indépendante, respectueuse des autres et que je trouve un sens dans le fait de me lever chaque matin en allant travailler. » Le déclic joaillier, quant à lui, s’est produit un peu plus tard. « J’étudiais les business plans durant mes études à l’ESSCA. L’un de mes stages m’a conduit chez une créatrice de bijou fantaisie. Je me suis alors intéressé à cette activité et j’ai découvert son potentiel. » La jeune femme s’en souviendra lorsqu’après avoir travaillé dans le digital marketing, elle décide de fonder son label joaillier, baptisé Douze Paris. Un chiffre à haute teneur symbolique, auquel la créatrice assigne une signification plus personnelle : « Je suis née un 12 décembre, comme mon arrière-grand-mère qui m’a précisément fait aimer la joaillerie. Elle avait fui la Pologne durant la guerre et avait pris l’habitude de convertir ses richesses en bijoux, des valeurs transportables… »

L’obtention d’un diplôme en gemmologie se justifiait pour plusieurs raisons, parfois inattendues : « Il fallait que je sache de quoi je parle bien entendu, mais j’avais aussi compris que mes interlocuteurs seraient souvent des hommes, plutôt âgés. Il fallait avoir du répondant. Enfin, il y a l’aspect contrôle qualité. Ma structure a une dimension à taille humaine, il fallait que je puisse expertiser moi-même les pierres. Je précise que cela m’a reconcilié avec les maths et la physique. » Ce cheminement se matérialise, chez Douze Paris, par des collections au design épuré et contemporain : une joaillerie du quotidien s’ordonnant autour de l’or recyclé, couronné de pierres naturelles, choisies avec soin. « Je me m’approvisionne qu’auprès de fonderies ou ateliers labellisées RJC-COC afin de maitriser la traçabilité des métaux et de m’assurer que les conditions de travail sont responsables. Se sentir brillante, ça passe aussi par l’impact que l’on a sur les autres et sur notre planète. » La grande majorité des créations est fabriquée à la demande, pour favoriser une consommation raisonnée. 

https://www.douze-paris.fr

JEM Paris : l’or de l’engagement

Dorothée Contour a quitté sans regrets son cabinet de conseil et de stratégie. « En tant que consultante senior, je travaillais pour les entreprises du CAC 40, sur des problématiques de développement de marché, d’amélioration de la performance, d’organisation, des mots et un univers très business. C’était intellectuellement passionnant. Il fallait comprendre rapidement des métiers très différents, de Arcelor au Printemps, avec leurs problématiques spécifiques. » L’ancienne diplômée d’HEC s’épanouit aujourd’hui à la tête de la maison JEM qui impose depuis quelques années son autorité dans le petit cénacle de la joaillerie engagée. La marque propose des créations sculpturales qui conjuguent pureté des lignes, intelligence des constructions et ingéniosité des volumes, souvent imaginés par les grands noms du design ( India Mahdavi, Ha-Yeon Lee, Pauline Deltour).

« « Ma rencontre en 2008 avec les communautés minières en Colombie a été déterminante : elle a forgé ma volonté de soutenir une filière qui veut mettre fin à l’exploitation anarchique et dangereuse des mines artisanales. » Car la maison JEM ne propose que de l’or fairmined : le métal ne provient que de gisements autonomes et responsables. Un positionnement crucial pour l’entrepreneuse. « L’or recyclé c’est bien mais ça ne résout pas les problématiques liées à l’extraction, à l’utilisation de mercure, au travail des enfants. Or, cette extraction existera toujours, avec ou sans les joailliers, car l’or est aussi et avant tout une monnaie. Mon rôle, à toute petite échelle, consiste à favoriser l’élaboration de standards faisant progresser les pratiques, d’un point de vue social et environnemental. »

https://www.jem-paris.com – 10, rue d’Alger, Paris 1er

À LIRE AUSSI Haute joaillerie : pleins feux sur les diadèmes


L’objectif de pierre-marie-bernard.com est de trier sur le web des posts autour de puis les diffuser en tâchant de répondre au mieux aux questions du public. Cet article parlant du sujet «  » fut sélectionné en ligne par les rédacteurs de pierre-marie-bernard.com. Cette chronique est reproduite du mieux possible. Pour toute remarque sur ce texte concernant le sujet «  », merci de contacter les coordonnées indiquées sur notre site internet. Consultez notre site internet pierre-marie-bernard.com et nos réseaux sociaux afin d’être renseigné des nouvelles parutions.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accept
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
pierre-marie-bernard.com Photo de la page Conditions d'utilisation Conditions dutilisation
Conditions dutilisation

Politique de confidentialité:

Cookies:

Lorsque vous déposez un message sur ce site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. Cela a pour but uniquement pour votre surf convivial afin de ne pas devoir à ressaisir ces datas quand vous déposez un autre texte ultérieurement. Ces cookies expirent au bout d’un an.Quand vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie transitoire va se produit avec pour objectif de fixer si votre logiciel de navigation supporte les cookies. Cela ne comprend pas de datas privées et sera neutralisé mécaniquement à la fermeture votre programme de navigation.Lorsque vous accédez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies avec pour objectif d'enregistrer vos datas de l'enregistrement et vos options d’écran. La persistance d'existence d’un cookie de connexion est de moins de 3 jours, celle d’un cookie de navigation est d’un an. Quand vous cochez « Se souvenir de moi », le cookie de l'enregistrement sera pérennisé pendant plusieurs jours. Si vous fermez votre espace personnel, le cookie de login sera effacé.Quand vous modifiez ou si vous éditez un article, un cookie en complément sera noté dans votre browser. Ce cookie ne comprend aucune donnée secrète. Il dit simplement le matricule du post que vous venez de modifier. Il cesse au bout de vingt-quatre heures.

Importation de vos datas personnelles:

Les textes des visiteurs peuvent être contrôlés en utilisant un service industrialisé de détection des textes insoutenables.

Les droits que vous avez sur vos informations:

Au cas où vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous avez le droit de solliciter à réceptionner un fichier comportant toutes les datas personnelles que nous maîtrisons à votre sujet, introduisant celles que vous nous avez fournies. Vous avez le droit aussi de solliciter l'effacement des informations privatives vous concernant. Ceci ne concerne pas les datas classées à des fins administratives, légales ou avec pour objectif de sécurité.

Quelle durée de stockage de vos datas:

Dans les cas où vous laissez un texte, le commentaire et ses données complémentaires sont archivés pour toujours. Cela implique de confirmer et entériner automatiquement les textes à venir au lieu de les maintenir dans la queue des modérateurs.Lorsque les comptes qui surviennent sur le site (autant que faire ce peu), nous archivons pareillement les informations privatives exposées dans leur profil. La totalité des espaces individuels savent intervenir sur leurs datas privées n'importe quand. Les modérateurs du site savent aussi intervenir sur ces informations.

Datas saisies à partir d’autres sites:

Les passages de ce site peuvent impliquer des contenus chargés (tels que des vidéos, photos, articles…). Le contenu chargé depuis d’autres sites se comporte de façon semblable que si l'internaute se rendait sur cet autre site.Ces sites internet pourraient réunir des données à propos de vous, activer des cookies, mémoriser des organes de contrôles autres, observer vos interventions avec ces contenus chargés si vous avez un compte connecté sur leur site web.

Les contenus:

Quand vous déposez des images sur le site, nous vous proposons de ne pas le faire des fichiers comportant des tags EXIF de données GPS. Les individus explorant le site savent capter des informations de positionnement depuis ces photographies.

Textes :

Si vous déposez un commentaire sur ce site, les déclarations citées sur le formulaire de commentaire, ainsi que l'adresse IP et l'information internaute de votre logiciel de navigation sont enregistrés dans le but de nous donner la possibilité de détecter des commentaires non autorisés.

Utilisation et circulation de vos données privatives:

Quand vous voulez une réinitialisation de votre mot de passe, votre IP sera comprise dans l’e-mail de désactivation.

Cela est règlementaire à la RGPD.



Save settings
Cookies settings