Rétrospective Drôme et Ardèche : ces entreprises qui ont marqué l’actualité en 2023

Rétrospective Drôme et Ardèche : ces entreprises qui ont marqué l'actualité en 2023
Rétrospective Drôme et Ardèche : ces entreprises qui ont marqué l'actualité en 2023

Industrie : les investissements prévus, réalisés

1,7 milliard d’euros pour l’extension de l’usine d’Orano Tricastin, 65 M€ pour le développement de MP Hygiène, 30 M€ pour l’installation du joaillier Van Cleef & Arpels : l’industrie en Drôme et en Ardèche a concrétisé des projets d’investissement conséquents.

Van Cleef et Arpels possède un atelier à Lyon (Rhône). Photo Archives Progrès/Joël Philippon
Van Cleef et Arpels possède un atelier à Lyon (Rhône). Photo Archives Progrès/Joël Philippon

Van Cleef & Arpels dans la Drôme en 2026

Avril. La maison de haute joaillerie et horlogerie historique Van Cleef & Arpels choisit la Drôme pour ouvrir un nouvel atelier de production. L’entreprise investit 30 M€ pour s’implanter en 2026 dans la zone d’activités Porte du Vercors à Châteauneuf-sur-Isère et annonce la création de 250 à 300 emplois. Le joaillier français vient ainsi étoffer sa présence dans la région et « entend ainsi préserver l’artisanat et favoriser la croissance économique locale ». L’espace retenu sera occupé par deux constructions de 5 000 m² et 1 000 m² « pour accueillir les artisans, les fonctions supports et une pépinière de formation », précise le joaillier.

À lire : La prestigieuse maison Van Cleef & Arpels s’implantera dans la Drôme en 2026

Autour d’Hervé Courbis, Marie Argouarc‘h, secrétaire générale de la préfecture, Nicolas Daragon, président de l’Agglo, le maire de Romans-sur-Isère Marie-Hélène Thoraval, la députée LR Emmanuelle Anthoine et de nombreux partenaires financiers. Photo Archives Le DL / Julien Combelles
Autour d’Hervé Courbis, Marie Argouarc‘h, secrétaire générale de la préfecture, Nicolas Daragon, président de l’Agglo, le maire de Romans-sur-Isère Marie-Hélène Thoraval, la députée LR Emmanuelle Anthoine et de nombreux partenaires financiers. Photo Archives Le DL / Julien Combelles

Courbis réinvestit dans son fief industriel

Avril. Après dix ans de présence en Chine, le groupe Courbis annonce son retrait du pays. Spécialisé dans la plasturgie, ce fleuron de l’industrie drômoise choisit d’investir 2,5 M€ dans une chaîne de peinture dernier cri à Romans, son fief industriel. Cet outil robotisé de peinture automobile permet également de peindre des pièces différentes à chaque poste dans une cabine qui répond aux normes environnementales. À la clé : 24 emplois.

À lire : Le groupe Courbis dit au revoir à la Chine pour se recentrer à Romans-sur-Isère

Cimalp a sorti une nouvelle chaussure de trail, la “X-race”. Photo Cimalp
Cimalp a sorti une nouvelle chaussure de trail, la “X-race”. Photo Cimalp

Cimalp à l’assaut de la chaussure de trail

Avril. L’entreprise drômoise Cimalp, spécialisée dans le textile de montagne et de randonnée, sort en ce printemps 2023 une nouvelle paire, la “X-race”, dédiée à la course à pied outdoor. Cette “X-race” est qualifiée, par le PDG Lionel Marsanne, de « cap pour l’entreprise » fondée en 1964. La progression du marché du trail et le rajeunissement de la pratique de la randonnée donnent à l’entreprise des perspectives intéressantes qui prévoit d’investir 10 M€ pour agrandir le siège social, à Saint-Marcel-lès-Valence.

À lire : Cimalp mise sur la chaussure de trail pour aller plus vite et plus loin

Les différents sites de MP Hygiene vont évoluer et en particulier celui de Pupil à Annonay avec l’arrivée d’une nouvelle machine à papier et un aménagement paysager en courbes autour du viaduc. Projection Jean Mus & Compagnie

Les différents sites de MP Hygiene vont évoluer et en particulier celui de Pupil à Annonay avec l’arrivée d’une nouvelle machine à papier et un aménagement paysager en courbes autour du viaduc. Projection Jean Mus & Compagnie

MP Hygiene : 65 M€ pour l’extension de sa papeterie

Mai. MP Hygiene, spécialisée dans la fabrication et la transformation de produits d’hygiène à usage unique, va investir 65 M€ sur plusieurs années pour faire évoluer ses sites. Installée à Davézieux (siège), Annonay (Pupil et Marenton) et Saint-Rambert-d’Albon (implantation d’un nouveau site), l’entreprise ardéchoise a pour objectif d’étendre sa surface logistique et industrielle de 52 500 m² à 76 300 m². Cette extension s’accompagne d’une réorganisation des usages des différentes implantations pour simplifier le processus. Le chantier démarré en octobre 2022 à Pupil devrait s’achever début juillet 2024.

D’importants travaux seront réalisés pour rénover et construire des bâtiments. Avec une seconde machine à papier d’un montant de 27 M€, l’entreprise vise un objectif de production de 65 000 tonnes de papier par an en 2028. « Notre objectif est de fabriquer l’essuie-mains au bilan carbone le plus faible », précise Marc Miribel, président de la société. Ainsi MP Hygiene se prépare « aux challenges de demain » et à l’éventualité de devoir un jour produire à partir de papier recyclé.

À lire : À Annonay, MP Hygiene investit 65 millions d’euros pour étendre sa papeterie

Le pastier Saint Jean, fabricant de la célèbre raviole du même nom dans la Drôme, va inaugurer une nouvelle plateforme destinée à la production de pâtes. Photo Archives Le DL/Stéphane Marc
Le pastier Saint Jean, fabricant de la célèbre raviole du même nom dans la Drôme, va inaugurer une nouvelle plateforme destinée à la production de pâtes. Photo Archives Le DL/Stéphane Marc

Saint Jean voit plus grand

Juin. Avec sa nouvelle plateforme inaugurée début juin, Saint Jean, le leader français des ravioles et quenelles (Romans-sur-Isère), entend tripler sa capacité de production de pâtes fraîches, en passant de 5 800 à 15 000 tonnes à terme. Pour le président du groupe, Guillaume Blanlœil, « le défi, c’est de gagner, grâce au progrès technologique, des jours de conservation supplémentaires dans les articles que retrouveront les consommateurs dans les rayons de leur magasin ». À la clé, cette nouvelle plateforme créera près de 150 emplois. Pour parfaire ce projet d’agrandissement (80 M€), il reste au site romanais de Saint Jean à construire ses nouveaux bureaux administratifs et son siège, d’ici fin 2024.

Mathias Serre, directeur commercial de Conduent business solutions, devant l’un des distributeurs de tickets qui équiperont bientôt les transports publics de Melbourne
Mathias Serre, directeur commercial de Conduent business solutions, devant l’un des distributeurs de tickets qui équiperont bientôt les transports publics de Melbourne

Gros contrat pour Conduent business solutions

Juillet. La société basée en Ardèche (Guilherand-Granges) et spécialisée dans la billettique des transports publics signe le plus gros contrat de son histoire, pour équiper la ville australienne de Melbourne, mais aussi l’ensemble de l’État de Victoria. Après avoir recruté 70 personnes en trois ans, la nouvelle collaboration australienne vient renforcer la dynamique de Conduent business solutions France. Le contrat avec l’État de Victoria, d’une durée de 15 ans, est « un projet clé en main » qui demandera deux ans de mise en place, précise le directeur commercial Mathias Serre. « On apporte les solutions techniques, les équipements mais on assure aussi l’exploitation de toute la billettique. » Cent postes vont être spécialement créés sur place, où la société a déjà installé des bureaux en plein centre de Melbourne.

À lire : Conduent business solutions décroche un contrat à 1 milliard de dollars

François Lurin, directeur des activités chimie et enrichissement d’Orano. Photo Archives Le DL /Stéphane Marc
François Lurin, directeur des activités chimie et enrichissement d’Orano. Photo Archives Le DL /Stéphane Marc

Feu vert pour l’extension d’Orano

Octobre. Orano Tricastin obtient le feu vert de son conseil d’administration pour financer l’extension de son usine d’enrichissement d’uranium Georges Besse II sur le site du Tricastin, à cheval entre la Drôme et le Vaucluse. Ce projet d’envergure, d’un montant d’environ 1,7 milliard d’euros, a germé en 2022, au lendemain du début de la guerre en Ukraine. « Nos clients en Europe et aux États-Unis souhaitaient trouver des substituts à l’approvisionnement russe, explique François Lurin, directeur des activités chimie enrichissement. Ils se sont tournés vers nous mais notre usine actuelle fonctionnant à pleine capacité, on avait assez peu de marge de manœuvre supplémentaire. » Seule solution pour le site : agrandir l’usine d’enrichissement Georges Besse II pour accroître la production d’uranium enrichi à hauteur de 30 %. Une fois toutes les procédures réalisées, les premiers travaux débuteront en septembre 2024, pour une mise en service en 2028 et un fonctionnement à pleine capacité en 2030.

À lire : Orano va agrandir son usine d’enrichissement d’uranium pour près d’1,7 milliard d’euros

Énergie : les stratégies et défis annoncés

En pleine année de COP 28, la question des énergies renouvelables a été au centre des préoccupations. Un défi énorme pour les entreprises, engagées dans une stratégie de décarbonation qui donne ses premiers résultats.

Un tracteur 100 % électrique. Photo Archives Le DL/Marc Belin
Un tracteur 100 % électrique. Photo Archives Le DL/Marc Belin

Bert & You : cap sur l’électromobilité

Janvier. Après avoir investi dans le gaz naturel pour véhicules ces huit dernières années, afin de constituer une flotte de cinquante engins fonctionnant au gaz liquéfié et compressé, c’est désormais l’électrique et l’hydrogène qui symbolisent les objectifs du transporteur Bert & You. Il annonce pour 2023 une dizaine de camions électriques supplémentaires qui viendront renforcer les moyens en vue de réduire de plus de 90 % les émissions de CO2.

À lire : Le groupe de transport Bert & You met le cap vers l’électromobilité

L’agrivoltaïsme est une filière vertueuse. En mars dernier, une installation agrivoltaïque a été inaugurée par la chambre d’agriculture de la Drôme, la Sefra (Station expérimentale fruits de Rhône-Alpes) et Sun Agri. Solgès Energy de son côté, va également développer ce type d’équipement. Archives photo Le DL /Fabrice Antérion
L’agrivoltaïsme est une filière vertueuse. En mars dernier, une installation agrivoltaïque a été inaugurée par la chambre d’agriculture de la Drôme, la Sefra (Station expérimentale fruits de Rhône-Alpes) et Sun Agri. Solgès Energy de son côté, va également développer ce type d’équipement. Archives photo Le DL /Fabrice Antérion

Solgès Energy lève 1,5 M€ pour dix projets solaires

Mars. Le producteur indépendant d’énergies renouvelables, Solgès Energy (Valence), obtient 1,5 M€ à travers un financement participatif lancé par la plateforme Enerfip. Une somme destinée au développement de dix projets photovoltaïques. En tout, 804 investisseurs tous engagés ou intéressés par les énergies vertes ont choisi de soutenir ces dix projets solaires, pour une puissance totale de 98 MWc . Ces projets sont déjà identifiés sur les départements des Bouches-du-Rhône, de l’Indre, du Lot, de l’Oise et du Vaucluse.

À lire : Solgès Energy lève 1,5 million d’euros pour dix projets solaires

La production des scooters débutera mi-mars dans les usines en Chine, pour une livraison en France prévue à partir de la fin du mois d’avril. Photo Murtas
La production des scooters débutera mi-mars dans les usines en Chine, pour une livraison en France prévue à partir de la fin du mois d’avril. Photo Murtas

Le scooter électrique

Mars. À Pierrelatte, Patrice Murtas, spécialiste du véhicule deux-roues électriques, lance sa propre marque de scooter électrique. La production de ses deux nouveaux modèles, sous la marque Murtas France, débute en Chine, avant une livraison en France prévue un mois plus tard. Avec deux modèles de scooter électrique 125, dont l’un comprenant deux batteries, Patrice Murtas vise une clientèle majoritairement urbaine, à raison de 1 000 pièces en 2023 et le double en 2024.

À lire : Avec sa nouvelle marque, Patrice Murtas veut devenir leader français du scooter électrique

Thierry Claudel, fondateur de Tyva Énergie, présente le plus petit modèle de la gamme Moduloo Ex de stations d’énergie portables durables alimentées par les batteries lithium. Photo Archives Le DL/ Julie Palmero
Thierry Claudel, fondateur de Tyva Énergie, présente le plus petit modèle de la gamme Moduloo Ex de stations d’énergie portables durables alimentées par les batteries lithium. Photo Archives Le DL/ Julie Palmero

Tyva et ses stations d’énergie portables

Mars. Thierry Claudel, le fondateur de Tyva Énergie (à Annonay), qui fabrique des batteries modulables et reconditionnables depuis 2013, présente Moduloo Ex. C’est une gamme de stations d’énergie portables durables alimentées par des batteries lithium à destination des professionnels. Ces stations nouvelle génération, dont la commercialisation a débuté, peuvent servir à alimenter des chantiers de BTP, l’événementiel, le secteur militaire, et être employées comme de batteries de secours pour un véhicule électrique. Légères, elles sont surtout robustes et se chargent entre deux et dix heures pour une autonomie pouvant varier d’une à huit heures selon l’usage.

À lire : Tyva propose des stations d’énergie portables et durables

À Meylan en Isère, le chantier Artepac a utilisé le béton bas carbone de Cem’in’Eu. Photo Archives Le DL/Stéphane Pillaud
À Meylan en Isère, le chantier Artepac a utilisé le béton bas carbone de Cem’in’Eu. Photo Archives Le DL/Stéphane Pillaud

Rhône Ciments pour des chantiers plus verts

Mars. Rhône Ciments lance un nouveau produit baptisé Fusiovrac. Riche en pouzzolane, il réduit drastiquement la part de clinker dans la composition du ciment : « 70 % de matière en moins, soit une réduction de l’empreinte carbone de 130 kg de CO2 par tonne de ciment », indique Fabien Charbonnel, président de Rhône Ciments (Portes-lès-Valence). Le clinker est le matériau indispensable à la constitution du ciment mais il nécessite surtout un fret important par voie fluviale et terrestre. En substituant le clinker par de la pouzzolane extraite en Auvergne-Rhône-Alpes, Rhône Ciments lance sur le marché du bâtiment une solution inédite en France. Il envisage d’en produire 15 000 tonnes en 2023 et 40 000 en 2024.

À lire : Le cimentier Cem’in’Eu poursuit sa décarbonation

Le bâtiment M3 a été acquis par le leader du green building en France. Photo Archives Le DL /C.R.
Le bâtiment M3 a été acquis par le leader du green building en France. Photo Archives Le DL /C.R.

L’énergie façon Inéa

Avril. La foncière Inéa, leader du green building en France, s’installe à Rovaltain. Engagée dans l’immobilier durable et tourné vers la construction du futur, cette société d’investissements immobiliers cotée vient d’acquérir un immeuble de bureaux de l’ensemble tertiaire M3 (entre Romans, Valence et Tain-l’Hermitage), implanté sur un pôle d’excellence et d’innovation certifié ISO 14001. Il s’agit d’un ouvrage à énergie positive, disposant d’une centrale photovoltaïque en toiture.

À lire : Inéa, le leader de l’immobilier durable, s’installe à Rovaltain

Brice Cruchon. Photo Archives Le DL/Fabrice Antérion
Brice Cruchon. Photo Archives Le DL/Fabrice Antérion

Dracula Technologies change de dimension

Octobre. Lauréate de l’appel à projets Première usine, Dracula Technologies (Valence) dévoile sa nouvelle Green MicroPower Factory, la plus grande usine de dispositifs photovoltaïques organiques à impression numérique en Europe. Cette usine pourra produire jusqu’à 150 millions de cm²  de dispositifs OPV par an, tout en divisant les coûts de production unitaires par trois. Dracula Technologies se place en tant que leader européen dans les énergies renouvelables et de l’IoT (Internet des objets) : « Cela va nous permettre de faire partie des 100 sites industriels attendus en France à l’horizon 2030 », annonce Brice Cruchon, PDG de la société qui commencera à livrer massivement ses clients dès le début 2024.

À lire : Grâce à “Première usine”, Dracula technologies change de dimension

Le nouveau bâtiment Eco 7 a été inauguré mercredi 18 octobre en présence d’employés du site, de Luis Gomez, président de XPO Logistics Europe, de Pierre Jouvet, président de Porte de DrômArdèche, de son vice-président et maire de Saint-Rambert-d’Albon, Gérard Oriol, et de Frédéric Billier, directeur de Novelige, filiale de Vinci Construction. Photo Archives Le DL/Marc Belin
Le nouveau bâtiment Eco 7 a été inauguré mercredi 18 octobre en présence d’employés du site, de Luis Gomez, président de XPO Logistics Europe, de Pierre Jouvet, président de Porte de DrômArdèche, de son vice-président et maire de Saint-Rambert-d’Albon, Gérard Oriol, et de Frédéric Billier, directeur de Novelige, filiale de Vinci Construction. Photo Archives Le DL/Marc Belin

Nouveau bâtiment à énergie positive pour XPO

Octobre. XPO Logistics, l’un des principaux fournisseurs de solutions innovantes et durables de transport et logistique en Europe, inaugure ses nouveaux bureaux à Saint-Rambert-d’Albon, baptisés Eco 7. Un bâtiment à énergie positive qui répond aux normes les plus élevées en matière de bien-être et de respect de l’environnement et qui accueille désormais 300 collaborateurs de XPO Logistics.

À lire : XPO Logistics inaugure un nouveau bâtiment à énergie positive à Saint-Rambert-d’Albon

Innovation : les produits et applications de demain

Cette année, start-up et entreprises de la Drôme et de l’Ardèche ont développé des produits et des applications qui pourraient illustrer la technologie de demain. En voici une (petite) sélection.

Stéphane Paillet est le PDG des trois sociétés Orféal, Trinytec et Satori. Ici devant une de ses dernières acquisitions : une imprimante 3D pour des objets en silicone et polyuréthane.
Stéphane Paillet est le PDG des trois sociétés Orféal, Trinytec et Satori. Ici devant une de ses dernières acquisitions : une imprimante 3D pour des objets en silicone et polyuréthane.

Un centre de la formation par un expert de la prothèse

Janvier. Stéphane Paillet, PDG des sociétés Orféal, Trinytec et Satori, spécialisées dans la fabrication de prothèses et d’orthèses sur mesure, et regroupées sur le site de Taulignan (sud Drôme), lance son projet de centre de formation à Allan, près de Montélimar. Un « vrai campus de l’innovation » pour un investissement de 1,3 M€. Son objectif est de « repenser ce qui a été imposé par les majors de l’orthopédie ». Et donc continuer d’innover grâce, notamment, à sa quarantaine d’imprimantes 3D et en maîtrisant toutes les techniques nécessaires pour les brevets. « Nous avons, par exemple, développé notre propre gamme de colorants, à partir de silicone transparent », explique le PDG qui travaille également en collaboration avec l’Esisar (École nationale supérieure en systèmes avancés et réseaux) de Valence sur une application pour adapter sa prothèse via son téléphone mobile, afin de prévenir les dommages cutanés.

À lire : Un expert de la prothèse va créer un centre de formation et d’innovation unique

Il ne faut que quelques secondes pour passer de la sacoche vélo au sac à dos. Photo Laure Besson
Il ne faut que quelques secondes pour passer de la sacoche vélo au sac à dos. Photo Laure Besson

La sacoche vélo convertible en sac à dos

Février. Après les sacoches artisanales pour vélo en 2021, le petit atelier de confection drômois, La Sacoche filante (Aouste-sur-Sye), crée une nouvelle sacoche convertible en sac à dos, à base de matériaux 100 % français. Pratique, car elle est le fruit des remarques de ceux et celles qui l’ont testée et peut accueillir un ordinateur 16 pouces dans une housse ainsi qu’une boîte repas, une poche intérieure permettant de stocker clés, portefeuille et un bandeau réfléchissant extérieur pour plus de sécurité la nuit. Éthique, puisqu’une partie des matières premières est issue de chutes d’autres productions, ce qui en fait un produit partiellement recyclé.

À lire : Ils inventent une sacoche vélo convertible en sac à dos

Illustration LV Green
Illustration LV Green

Une cuve pour stocker l’eau

JuinLV Green, concept mis au point par le groupe drômois Sapiens, vise à créer des îlots de fraîcheur dans les espaces urbains. Comment ? En enterrant des cuves capables de drainer et de stocker les eaux de pluie. « L’idée, explique Patrice Cheval, le fondateur, c’est qu’à chaque fois que l’on arrose, on récupère cette eau à travers un système de captage drainant qui va ramener 98 % de l’eau non utilisée à la cuve pour toujours arroser avec la même eau et ne pas avoir besoin de taper dans la ressource d’eau potable. Une fois que la cuve est pleine, en période sèche, elle restitue l’eau aux espaces verts, via des tubes capillaires qui vont remonter l’eau au niveau du système racinaire des plantes et des arbres. »

À lire : Une invention drômoise stocke l’eau dans des cuves avant de la restituer en cas de sécheresse

Clim8 et Chamatex Group s’associent pour proposer des vêtements intelligents. Photo ChamatexGroup
Clim8 et Chamatex Group s’associent pour proposer des vêtements intelligents. Photo ChamatexGroup

Chamatex collabore avec Clim8 pour des vêtements intelligents

Octobre. L’Ardéchois Chamatex Group (Ardoix), apporteur de solutions textiles innovantes, annonce sa collaboration avec l’entreprise Clim8 (Rhône), spécialisée dans les technologies thermiques intelligentes. Bénéficiant d’une solide expertise en thermophysiologie, en textile électronique, la start-up lyonnaise a développé et qualifié une nouvelle solution d’excellence dans le vêtement connecté. Grâce à cette technologie, les vêtements ne sont plus simplement chauffants mais également intelligents et auto-régulants. De son côté, Toptex Cube, filiale de Chamatex Group, propose des solutions d’assemblage innovantes principalement pour les vêtements techniques et la bagagerie de luxe. En unissant leurs compétences, les deux partenaires ouvrent de nouvelles perspectives pour l’avenir du textile connecté.

À lire : Une collaboration inédite est née : « Nous allons révolutionner le marché des vêtements intelligents »

Pierre Ickowicz (à gauche) a fait visiter les ateliers de l’entreprise, implantée sur 13 000 mètres carrés dans la zone d’activités de Saint-Paul-Trois-Châteaux, le vendredi 30 septembre, jour d’inauguration. Photo Archives Le DL/Marie Gomez

Pierre Ickowicz (à gauche) a fait visiter les ateliers de l’entreprise, implantée sur 13 000 mètres carrés dans la zone d’activités de Saint-Paul-Trois-Châteaux, le vendredi 30 septembre, jour d’inauguration. Photo Archives Le DL/Marie Gomez

Icko veut soulager le travail des vignerons

Octobre. La société Icko (Saint-Paul-Trois-Châteaux), spécialiste de la vente de matériel apicole, sort sa nouvelle machine : l’Easyloader vendanges. Fabriquée au départ pour les apiculteurs afin de transporter les ruches, elle s’installe sur tout plateau de pick-up, camion, remorque agricole ou routière et fonctionne sur la batterie du véhicule ou du tracteur. La machine est en outre éligible aux aides de la Mutualité sociale agricole (MSA) pour les dispositifs visant à réduire les troubles musculosquelettiques. Icko espère avoir trouvé un nouveau marché pour ce produit qu’elle commercialise à destination des viticulteurs.

À lire : Icko, leader européen du matériel apicole, vise les 60 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici cinq ans

Le casque Dreamsens imaginé par Thierry Gricourt (premier plan) de Social Dream est casque récompensé de l’award innovation 2024 au prochain CES de Las Vegas. Photo Social Dream
Le casque Dreamsens imaginé par Thierry Gricourt (premier plan) de Social Dream est casque récompensé de l’award innovation 2024 au prochain CES de Las Vegas. Photo Social Dream

Le casque Dreamsens récompensé au CES 2024

Novembre. Destiné à utiliser la réalité virtuelle à des fins thérapeutiques, le casque conçu par l’entreprise Dreamsens (Bourg-de-Péage) reçoit un prix de l’innovation au CES de Las Vegas. Son créateur, Thierry Gricourt, le recevra en janvier prochain. « Nous avons imaginé un casque unique au monde, explique Thierry Gricourt, avec une immersion dans l’image. Il n’y a plus de lentilles, vous êtes comme dans une bulle. » Destiné à un public médical, ce casque, dont l’industrialisation est prévue fin 2024, peut également être utile pour des formations ou des mises en situation.

À lire : L’entreprise drômoise Social Dream primée au CES de Las Vegas

Olivier Fabregues, et habitant du Teil de 50 ans et originaire de la Drôme, est l’inventeur de la pince à sertir électroportative. Son « innovation unique au monde » coûte 707,50 € HT. Photo Archives Le DL /Yohann Gil
Olivier Fabregues, et habitant du Teil de 50 ans et originaire de la Drôme, est l’inventeur de la pince à sertir électroportative. Son « innovation unique au monde » coûte 707,50 € HT. Photo Archives Le DL /Yohann Gil

FabTools invente la pince à sertir électroportative

Novembre. L’innovation a déjà un nom : Snake est une pince à sertir électroportative. Dédiée aux plaquistes, pour les constructions neuves ou de la rénovation, cette pince est à usage unique et spécifique pour le sertissage des rails et montants par les professionnels, mais aussi les particuliers. « En seulement 3 secondes, le tour est joué », présente Olivier Fabregues qui a investi près de 800 K€ pour arriver au produit final. Après avoir conçu plusieurs prototypes et sorti un premier modèle en 3D, l’inventeur a déposé un premier brevet et créé sa propre entreprise, FabTools, en Ardèche.

À lire : “Snake”, une pince à sertir électroportative unique au monde, a été inventée au Teil

L’objectif de pierre-marie-bernard.com est de trier sur le web des posts autour de puis les diffuser en tâchant de répondre au mieux aux questions du public. Cet article parlant du sujet «  » fut sélectionné en ligne par les rédacteurs de pierre-marie-bernard.com. Cette chronique est reproduite du mieux possible. Pour toute remarque sur ce texte concernant le sujet «  », merci de contacter les coordonnées indiquées sur notre site internet. Consultez notre site internet pierre-marie-bernard.com et nos réseaux sociaux afin d’être renseigné des nouvelles parutions.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accept
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
pierre-marie-bernard.com Photo de la page Conditions d'utilisation Conditions dutilisation
Conditions dutilisation

Politique de confidentialité:

Cookies:

Lorsque vous déposez un message sur ce site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. Cela a pour but uniquement pour votre surf convivial afin de ne pas devoir à ressaisir ces datas quand vous déposez un autre texte ultérieurement. Ces cookies expirent au bout d’un an.Quand vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie transitoire va se produit avec pour objectif de fixer si votre logiciel de navigation supporte les cookies. Cela ne comprend pas de datas privées et sera neutralisé mécaniquement à la fermeture votre programme de navigation.Lorsque vous accédez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies avec pour objectif d'enregistrer vos datas de l'enregistrement et vos options d’écran. La persistance d'existence d’un cookie de connexion est de moins de 3 jours, celle d’un cookie de navigation est d’un an. Quand vous cochez « Se souvenir de moi », le cookie de l'enregistrement sera pérennisé pendant plusieurs jours. Si vous fermez votre espace personnel, le cookie de login sera effacé.Quand vous modifiez ou si vous éditez un article, un cookie en complément sera noté dans votre browser. Ce cookie ne comprend aucune donnée secrète. Il dit simplement le matricule du post que vous venez de modifier. Il cesse au bout de vingt-quatre heures.

Importation de vos datas personnelles:

Les textes des visiteurs peuvent être contrôlés en utilisant un service industrialisé de détection des textes insoutenables.

Les droits que vous avez sur vos informations:

Au cas où vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous avez le droit de solliciter à réceptionner un fichier comportant toutes les datas personnelles que nous maîtrisons à votre sujet, introduisant celles que vous nous avez fournies. Vous avez le droit aussi de solliciter l'effacement des informations privatives vous concernant. Ceci ne concerne pas les datas classées à des fins administratives, légales ou avec pour objectif de sécurité.

Quelle durée de stockage de vos datas:

Dans les cas où vous laissez un texte, le commentaire et ses données complémentaires sont archivés pour toujours. Cela implique de confirmer et entériner automatiquement les textes à venir au lieu de les maintenir dans la queue des modérateurs.Lorsque les comptes qui surviennent sur le site (autant que faire ce peu), nous archivons pareillement les informations privatives exposées dans leur profil. La totalité des espaces individuels savent intervenir sur leurs datas privées n'importe quand. Les modérateurs du site savent aussi intervenir sur ces informations.

Datas saisies à partir d’autres sites:

Les passages de ce site peuvent impliquer des contenus chargés (tels que des vidéos, photos, articles…). Le contenu chargé depuis d’autres sites se comporte de façon semblable que si l'internaute se rendait sur cet autre site.Ces sites internet pourraient réunir des données à propos de vous, activer des cookies, mémoriser des organes de contrôles autres, observer vos interventions avec ces contenus chargés si vous avez un compte connecté sur leur site web.

Les contenus:

Quand vous déposez des images sur le site, nous vous proposons de ne pas le faire des fichiers comportant des tags EXIF de données GPS. Les individus explorant le site savent capter des informations de positionnement depuis ces photographies.

Textes :

Si vous déposez un commentaire sur ce site, les déclarations citées sur le formulaire de commentaire, ainsi que l'adresse IP et l'information internaute de votre logiciel de navigation sont enregistrés dans le but de nous donner la possibilité de détecter des commentaires non autorisés.

Utilisation et circulation de vos données privatives:

Quand vous voulez une réinitialisation de votre mot de passe, votre IP sera comprise dans l’e-mail de désactivation.

Cela est règlementaire à la RGPD.



Save settings
Cookies settings